Une oeuvre en 3 minutes : Ave Verum Corpus de Mozart

 Un grand merci à nos amis suisses de la RTS pour leur décryptage express d’une des oeuvres les plus connues de Wolfgang Amadeus Mozart, l’Ave Verum Corpus. Une partition qui défile au fur et à mesure des notes, quelques croquis qui illustrent le propos, et cette belle oeuvre prend tout son sens. Ou comment la puissance de la musique vient porter un message, avec simplicité et beauté.

Je sais pas vous : l’Ave Verum Corpus de Mozart.

Un calendrier de l’Avent musical

24 jours nous séparent de Noël : nous vous proposons d’approcher pas à pas en musique, en découvrant les traditions musicales des différents pays.

24 décembre – Joyeuses fêtes de Noël ! En France, avec un chant composé cette année et interprété par les Dei Amoris Cantores

3 décembre – Noël musical en Grande-Bretagne

22 décembre – Noël musical aux Etats-Unis

21 décembre – Noël musical en Espagne

20 décembre – Noël musical en Australie

19 décembre - Noël musical en Lettonie

18 décembre – Noël musical en Belgique

17 décembre – Noël musical en Lituanie

16 décembre – Noël musical au Moyen Orient

15 décembre – Noël musical au Pérou

14 décembre - Noël musical aux Philippines

13 décembre – Sainte-Lucie - Noël musical en Finlande

12 décembre - Noël musical en Italie

11 décembre - Noël musical au Congo

10 décembre - Noël musical en république tchèque

9 décembre - Noël musical en Inde

8 décembre – Immaculée Conception - Noël musical en Autriche

7 décembre – Noël musical à Puerto Rico

6 décembre – Saint-Nicolas – Noël musical en Lituanie

5 décembre – Noël musical au Vietnam

4 décembre – Noël musical en Pologne

3 décembre - Noël musical au Venezuela

2 décembre – Noël musical au Nigeria

1er décembre – Noël musical en Ukraine

Un été en musique

Est-ce un hasard si la Fête de la Musique a lieu le 21 juin, qui est également le premier jour de l’été ? Météo plus agréable, des journées qui s’allongent, la route des vacances, temps de détente, de repos, de dépaysement. C’est classiquement la grande saison des festivals. Mais la musique est présente plus largement : j’ai relevé deux faits notamment dans l’actualité du moment.

Tout d’abord l’Euro 2016 : si la musique et le foot ne semblent pas toujours aller ensemble, les matches sont également le terrain d’affrontements vocaux entre supporters des différentes équipes. Il a notamment été reproché, ici et là, aux supporters français de manquer de répertoire et d’entrain : avis à tous les supporters qui peuvent rejoindre les dizaines de milliers de chorales de France et de Navarre ! Plus amusant, l’équipe islandaise s’est illustrée (au delà de son parcours sportif impressionnant pendant cette compétition) par la démocratisation d’un exercice simple de percussions corporelles : le fameux « HUH« , accompagné d’un claquement des mains au dessus de la tête, avec un rythme qui va croissant, faisant monter la pression, a fait sensation, au point d’avoir été repris par l’équipe de France – là encore, taxée d’un manque d’originalité musicale. Quoi qu’il en soit, un bel exemple de « musicalité collective », qui vient faire vivre à chacun la force de la cohésion et de l’esprit d’équipe.

Hier, c’est le Premier Ministre britannique, David Cameron, qui a été surpris en train de fredonner (alors que son micro n’était pas coupé), alors qu’il regagnait sa résidence après avoir annoncé qu’il n’occuperait plus son poste le lendemain. Beaucoup de spéculations ont suivi ce mini-épisode musical, pour tenter de retrouver l’air qui aurait pu inspirer le premier ministre : une jeune compositrice en a même créé une fugue dans l’esprit de Bach.

Bref, la musique est dans toutes les têtes, nous vous souhaitons un très bel été en musique !

Percussions corporelles et chant

Les chefs de choeur TEMPO associent percussions corporelles et chant, quand l’occasion s’y prête. Les percussions corporelles viennent créer une ambiance sonore qui prépare ou accompagne la ligne mélodique et le rythme du chant. Récemment, dans une école primaire, c’est la pluie, l’orage puis le chant des oiseaux quand le soleil revient, qui venait servir d’introduction à un beau chant sur un thème et des rythmes polynésiens, composé tout spécialement par notre professeur pour l’occasion. Une petite vidéo serait bien plus parlante, mais pour des raisons légitimes de protection du droit à l’image des enfants, nous vous montrerons un travail présenté par une chorale d’adultes, qui vous indiquera tout à fait l’esprit dans lequel notre proposition musicale a été présentée aux parents pour la restitution, en fin de ce parcours musical dans le temps scolaire. Un moment d’évasion, où il suffisait de fermer les yeux pour entendre la pluie, puis les oiseaux et le souffle de la brise. Le chant des enfants était accompagné par notre chef de choeur au yukulélé, une sonorité bien particulière qui renforçait également l’évocation sonore, pour un moment doux et poétique. Au delà de la dimension musicale, c’est aussi un vrai travail de coordination, de motricité, où chacun doit être attentif au rythme, à l’image sonore qui doit être évoquée, à l’écoute des autres pour créer une sonorité collective. Si vous souhaitez mettre en place un projet musical dans votre école maternelle ou primaire, n’hésitez pas à nous contacter pour construire ensemble le projet qui vous correspond.

Une chorale originale

Negitachi, savez-vous ce que cela veut dire en japonais ? Les poireaux. Une chorale qui s’appelle « les Poireaux », cela donne tout de suite le ton : on sait qu’il ne faut s’attendre à rien de banal ! Un choeur mixte d’une vingtaine de chanteurs, créé en 2010, autour de l’univers des manga et de la BD. Au fil des ans, leur répertoire s’est étendu aux musiques de films, de séries, et de jeux vidéos. De Star Wars à Tintin, en passant par quelques génériques de séries « vintage » et sans perdre la trace de leurs origines dans l’univers des otaku, ils construisent des interprétations a cappella, avec une pointe d’humour et des mini-chorégraphies. Une chorale originale, avec beaucoup de plaisir et de bonne humeur au rendez-vous !

Walk off the Earth

Walk off the earth est un groupe de 5 jeunes musiciens éclectiques, originaires de Burlington, dans l’Ontario (Canada). Les vidéos originales ne sont pas pour rien dans leur succès ! La vidéo que nous avons choisi pour vous est plutôt sage, mais c’est une ré-interprétation sympathique de Hello : elle est accompagnée par des boomwhackers (des tubes de couleur qui reproduisent chacun une note quand ils sont frappés – nous sommes très fan chez TEMPO !), des tuyaux harmoniques (qui produisent un son quand on les tourne), quelques cloches et cymbales, et un accompagnement en percussions corporelles (ou « tap dance » pour nos amis anglo-saxons). Bref, c’est un ensemble d’instruments à vent et à percussions tout simples (et du corps comme instrument) qui nous plaît beaucoup !

Chants traditionnels pour enfants

Chansons traditionnelles pour enfantsLa musique ancienne est un patrimoine riche et toujours apprécié des enfants. Des mélodies populaires, faciles à mémoriser, et qui se prêtent fréquemment à quelques pas de danse, en groupe, ce qui permet une approche corporelle de la musique. Le Petit Choeur et les Musiciens de Mademoiselle de Guise ont produit deux beaux albums : « Mironton Mirontaine » et « Gai Luron, Lurette » (édition Bayard Musique). Les Musiciens de Mademoiselle de Guise, dirigé par Laurence Pottier, fait revivre la musique ancienne, jouée su des instruments d’époque.  Des sonorités musicales riches et agréables, que l’ensemble fait partager aux enfants au travers de ces deux albums. Chaque chant est porté par un généreux accompagnement instrumental, avec des instruments des XVIe au XVIIe siècles. Cromorne, viole de gambe, cornet, flûte à bec, cornemuse, archiluth, … C’est donc un réel plaisir que d’écouter plusieurs fois chaque chant avant de commencer à le chanter avec les enfants.

CD1 – Mironton Mirontaine

8 chants, accompagnés de plusieurs morceaux purement instrumentaux. Si certains sont déjà bien connus (J’ai du bon tabac ; frère Jacques ; Malbrough s’en va en guerre), leur interprétation est toujours intéressante et agréable. Compagnon de la Marjolaine (#2) est entraînant – le chant est long, mais les paroles se répètent, donc il peut rester mémorisable par des enfants, et peut être chanté sous la forme d’un dialogue. C’était Anne de Bretagne (#4) est frais et sympathique. La fourmi et la cigale (#7) inspiré de La Fontaine, est sans doute plus facile à écouter qu’à chanter. Joseph est bien marié, d’inspiration biblique, est un cantique de Noël très connu à l’époque baroque, dont les paroles sont sans doute compliquées pour de jeunes enfants.

CD2 – Gai luron lurette

Plus riche encore que le premier volume, le CD2 offre 12 chants traditionnels, entrecoupés de morceaux instrumentaux. J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre (#1) n’a aucun rapport avec Tri Yann et la belette, mais reste un chant très vif, qui permettra de travailler la diction. L’alouette et le pinson (#2) une chanson de mariage entraînante (à chanter « sans traîner »). Martin prend sa serpe (#7) est très amusant, joyeux, et permet un travail sur différents rythmes. Jésus Christ s’habille en pauvre (#9), inspiré de l’histoire de Lazare et du mauvais riche, est sans doute difficile à chanter (sans accompagnement musical), et la fin est un peu dure (« tandis que votre mari, Madame, en enfer ira brûler »). Si le Roy m’avait donné (#11) sur l’air de « la bonne aventure au gué », est agréable à chanter, mais il faut vouloir expliquer aux enfants l’intérêt du Roy Henry pour « la mie » des autres… La fille au Roi Louis (#12) est un chant très long et triste. Plus besoin de présenter Dans les prisons de Nantes (#14) dans une interprétation agréable avec un refrain entraînant. La fille miraculeusement changée en cane (#15) aborde le thème d’une jeune fille assidûment poursuivie par un capitaine, contrainte de se transformer en cane pour lui échapper – un thème qui n’est pas forcément facile à aborder avec les enfants. Margot (#16) est un chant très entraînant, qui peut être chanté en plusieurs groupes, et fait travailler la diction. Jean de Nivelle (#17), sur un air qui fait penser à Cadet Rousselle, est également très agréable, peut-être en enlevant le second paragraphe pour les enfants (les trois enfants de Jean sont respectivement sans nez, sans dent, et sans cervelle, pas très sympa !). Enfin Jean Petit qui danse (#24) est peut-être plus connu : c’est une chanson simple, à répétition, qui peut être gestuée.

Ces deux recueils permettront donc aux enseignants, pour un projet musical en primaire notamment (ou pour les grandes sections de maternelle), d’aborder un large répertoire de chants anciens connus et moins connus : l’accompagnement musical est extrèmement agréable et offrira donc aux enseignants la possibilité de présenter également les instruments de cette époque. Certains chants se prêtent particulièrement bien à un accompagnement gestué ou dansé – une approche corporelle et collective de la musique qui permet tout naturellement de développer les talents de motricité et de coordination des enfants.

Soutenez le nouvel album d’Athénaïs

Athénaïs est un ensemble vocal féminin composée de 6 chanteuses, accompagnées d’une basse continue – viole de gambe et orgue – qui explore le répertoire de la musique sacrée de l’époque baroque. Athénaïs « ressuscite » souvent des pièces vocales perdues. L’ensemble se produit régulièrement en concert, et a déjà enregistré deux disques : leur dernière production,  O Amor Jesu, a reçu l’Orphée d’Or 2015 du meilleur enregistrement de musique sacrée. Athénaïs prépare actuellement un troisième CD, Regina Caeli, autour de chants à la Vierge. Ils ont besoin d’un mini coup de pouce via KissKissBankBank, n’hésitez pas à les soutenir !

Une chorale qui bouge

Westminster Chorus : le nom peut être trompeur, n’allez pas les chercher de l’autre côté de la Manche, il faut franchir l’Atlantique – puis traverser les Etats-Unis jusqu’à la côte ouest. C’est en Californie, dans le conté d’Orange, que vous trouverez la petite ville de Westminster. Le Westminster Chorus est issu d’un « barbershop chapter » qui existait dans la ville depuis une cinquantaine d’années. Qu’est-ce qu’un barbershop chapter (ou barbershop chorus) ? Littéralement « choeur du barbier », c’est un style de chant choral a cappella, d’origine afro-américaine, influé par le gospel. Il apparaît au début du XXe siècle, chez les barbiers, dont il a conservé le nom. Sur le plan musical, il se caractérise par quatre parties d’accords consonants pour chaque note mélodique. Chacune des parties a son propre rôle : en principe, le lead vocal (chanteur principal) chante la mélodie, le ténor harmonise sur la mélodie, la basse chante les notes d’harmonie les plus graves et le baryton complète l’accord. Le barbershop a connu son âge d’or dans les années 1910-1930, mais il est resté relativement populaire aux Etats-Unis et au Canada notamment.

Pour revenir à Westminster, le barbershop chapter local prend un « coup de jeune » quand il est repris en main par un groupe de jeunes en 2002. Depuis, il a grandi (en taille et en qualité musicale), jusqu’à recevoir de nombreux prix dans des concours internationaux de choeur, notamment par la Barbershop Harmony Society. Il a même été couronné « Choir of the World » (meilleure chorale du monde…) en 2009. Ecoutez le Westminster Chorus interpréter Strike Up the Band, et vous découvrirez, au delà de la qualité vocale de l’ensemble, d’autres éléments importants du barbershop : une approche très corporelle et ludique du chant, qui rappelle notamment ce qui peut être proposé dans nos ateliers de percussions corporelles. Par la gestuelle et la chorégraphie, la musique est portée par chaque chanteur, et par l’ensemble du choeur, dans une belle harmonie.

Ave Maria d’Arcadelt

Pour la fête de l’Assomption, découvrez l’Ave Maria d’Arcadelt. Jacques Arcadelt est un compositeur et chanteur de l’école franco-flamande, actif principalement à Paris, Rome et Florence. Après sa jeunesse à Namur, il part pour l’Italie où il compose notamment des madrigaux pour Alexandre de Médicis. Il contribue ensuite à la musique de la Chapelle Sixtine, à l’époque de Paul III, pendant une dizaine d’années, puis part pour la France. Il est d’abord maître de chapelle auprès du cardinal Charles de Lorraine, puis devient chantre de la chambre du Roi en 1556.

Arcadelt a composé de nombreuses pièces de musique sacrée : nous sont noamment parvenus 24 motets, une messe, un magnificat, des lamentations, …. mais également de la musique profane, madrigaux et chansons, notamment sur des poémes de Mellin de Saint-Gelais. Ce sont les quelques 250 madrigaux qui font principalement sa renommée, principalement à quatre voix.  Un style qualifié de « simple, élégant, jamais trop complexe ».

Simplicité, élégance, émotion, douceur et méditation sont particulièrement bien portés par cet Ave Maria d’Arcadelt. Mère de Dieu et de l’Eglise, tenant une place importante dans la liturgie et la spiritualité catholique notamment, la Vierge Marie a inspiré de tout temps les musiciens, et plus spécialement depuis le XIIIe siècle où apparaissent les laudes mariales, dans la monodie sacrée en France, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne. En musique, les Ave Maria (« je vous salue Marie ») les plus connus ont été composé par Schubert et par Gounod, lequel s’est inspiré d’un prélude de J.S. Bach. L’Ave Maria de Caccini sera aussi familier à beaucoup de nos lecteurs : il n’a pas été composé par Caccini, un musicien du XVIe siècle comme Alcadelt, mais par le compositeur russe Vladimir Vavilov dans les années 1970. Il est devenu très populaire en Russie, dans les pays baltes puis dans le monde entier. Cette prière mariale a également inspiré des musiciens depuis le chant grégorienJosquin des Prez, Pietro Mascagni jusqu’à Gabriel Fauré. L’Ave Maria d’Alcadelt a par ailleurs inspiré Franz Liszt, qui en a composé une oeuvre pour orgue, « Ave Maria – Chanson d’Arcadelt ».

D’autres prières mariales traditionnelles ont également porté l’inspiration des musiciens : pensez au Stabat Mater, Salve Regina, Regina Caeli, Alma Redemptoris Mater…